Absolution par le meurtre de Peter Tremayne

Première enquête de Soeur Fidelma, avocate et détective dans l’Irlande du VIIème siècle

Absolution par le meurtre

Le mercredi 20 juin 2007 par Sheherazade

Une réunion exceptionnelle réuni les deux factions de l’église en l’an de grâce 664 après JC, à la demande du roi de Northumbria, pays des Saxons situé à la frontière du pays des Scots. Le but est de déterminer qui, de l’église de Rome ou de l’église d’Irlande, s’établira dans la contrée afin de convertir les païens qui y vivent encore, adorant leurs anciens dieux. L’enjeu est d’envergure, mais pas seulement pour les églises, pour le roi également dont le fils aîné brigue le trône.

Parmi les représentants de l’Eglise d’Irlande, bien plus évoluée, moins rigide et plus tolérante que Rome, se trouve une jolie jeune femme à la langue bien pendue, religieuse et avocate, dont les talents seraient requis en cas de problèmes d’ordre légal.

Au lieu de cela elle va se retrouver plongée en pleine enquête du meurtre de son amie, l’abbesse de Kildare, l’une des principales participantes aux débats et amie de Fidelma.

Le roi de Northumbria, dans un souci d’impartialité, tout en acceptant que la jeune avocate et princesse de haut rang soit chargée des investigations, lui adjoint le frère Eadulf, un moine saxon faisant partie de la délégation favorable à Rome, parlant couramment la langue irlandaise et connaissant bien les Celtes pour avoir séjourné et étudié en Irlande.

Les deux enquêteurs doivent mettre leurs divergences sur le fond de leur religion en veilleuse et se mettre rapidement au travail car chaque minute compte ; les répercussions de ce meurtre pourraient être sanglantes si le pays se divise sur les deux parties en jeu ; une guerre civile est la dernière des choses dont les habitants ont besoin. D’autant plus que le spectre de la « peste jaune » — une forme virulente de jaunisse qui dévasta l’Europe, y compris l’Irlande, du 7ème siècle, due aux conditions climatiques plutôt douces - est entré dans l’abbaye par un vieil évêque de la faction romaine.

Parmi les suspects la jeune religieuse écossaise, secrétaire de l’abbesse assassinée, assez rigide dans ses convictions religieuses et en antagonisme avec sa supérieure ; comme elle, les 6 autres suspects affirment tous que l’abbesse était vivante lorsqu’ils quittèrent sa cellule.

Pourtant nos deux enquêteurs se rapprochent de la vérité, car deux des ces suspects trouveront aussi une mort violente et la vie de Sœur Fidelma est aussi menacée.

Ainsi que je l’avais supposé lors du premier roman de Peter Tremayne, «  Valley of the Shadow  » (6ème enquête de la religieuse Fidelma et son ami Eadulf), la série des enquêtes de Sœur Fidelma est passionnante et il n’est pas possible de ne pas y devenir accroc.

Pas d’hémoglobine à toutes les pages même si la cruauté n’est pas exclue, des échanges intéressants au point de vue historiques, notamment concernant la volonté évidente de Rome d’écraser l’église progressiste d’Irlande, le synchrétisme de cette église apostolique et romaine qui envahit tout, s’installant sur ce qu’elle considère comme des lieux païens à éradiquer, les descriptions des différents types de tribus (Angles, Saxons, Pictes, Celtes) qui se méprisent et se font la guerre pour un rien.

Quant au caractère de Sœur Fidelma, il est exactement ce que l’on attend d’une jeune femme intelligente, qui estime que le monde dans lequel elle vit doit faire une place plus importante aux femmes, tel qu’il était le cas dans l’Irlande de son époque - ce qui a bien changé entretemps. Sa position d’avocate, sa haute naissance, lui sont autant d’armes lorsqu’elle traite avec toute forme de personnalité (rois, reines, évêques), personne ne l’intimide ce qui a bien sûr le don d’exaspérer les hommes qu’elle rencontre dans ses enquêtes. Une héroïne à suivre, bien dans la ligne de Frère Cadfael d’Ellis Peters.



The Prodigy | Full Version | Smallfoot torrent